23.12.13

Poupée callipyge
des rues sombres,
noires comme la suie —
où l'on traine si
le cœur nous en dit —
où l'expression "coupe-gorge"
prend sens.

Ces allées moites
où on avance
poings serrés
pour retenir la sueur
un peu.

Au sol, papiers,
mégots
et tout un tas
d'ordures.

Et lorsqu'elle croise
un homme généreux —
elle troque son Chanel N°5
pour de l'Héroïne N°4.

2 commentaires:

  1. Ah! je pige que dans un tel passage sombre et "coupe gorge" il vaut mieux assurer son derrière...
    Bonne fin de soirée!

    RépondreSupprimer
  2. Sans doute ;)
    Bonne année à vous !

    RépondreSupprimer